Categories
Activities

Invitation: Antinuclear Bike Tour Düsseldorf-Volkel; 25.-26.09. 2020

Dear antinuclear friends,

The dutch-german coalition against nuclear weapons that has been formed
again this year during the protest-camp in Büchel is planning to take
the protest to its equivalent in the Netherlands: Volkel.

On the occasion of the Nuclear Abolition Day on September 26th as a
group of activists we are planning a bike tour from Düsseldorf to
Volkel. Starting on Friday the 25th we will reach Venlo in the late
afternoon, from where we will head to our final destination the next
day. During this ride of approximately 150 km we plan to have several
stops in small towns alongside the route to inform people about our
mission and raise awareness.

In Volkel actions of protest will take place on Saturday, celebrating
Nuclear Abolition Day.

We invite everyone to join us on this important day! For more
Information about our program on Saturday have a look into our Flyer.

If you’re interested in joining our little international group of
activists, you can write a message to joda@icanw.de

If you can’t join the protest on this special weekend but do wish to
support us in our fight, you can help us with a donation. We are really
thankful for even the smallest amount.

Recipient: IPPNW e.V.

IBAN: DE23 4306 0967 1159 3251 01

BIC: GENODEM1GLS

Key Word: Bike Tour Volkel 2020

We hope to see you soon!

Categories
Information

Supportive Statement

English

Time for Europe to be
a nuclear-weapon-free zone

We are entering a new decade that appears to be even more dangerous than that of 40 years ago. In January 2020, the Bulletin of the Atomic Scientists set the hands of the ‘Doomsday Clock’ – measuring the likelihood of man-made global catastrophe – at one hundred seconds to midnight – closer than it has ever been before, due to the imminent threats of nuclear war and climate disaster.

Now, 75 years after the devastation of Hiroshima and Nagasaki by nuclear weapons dropped on human targets, arms control treaties are no longer upheld, and governments have started updating and expanding nuclear arsenals. New technologies of command and control minimise human intervention and shorten the time available to consider possible responses, the probabilities of a catastrophic accident or mistake are increasing dramatically.

The world is at a crossroads and Europe has to make a strategic choice: remain part of the arms race or demonstrate global leadership by promoting a peaceful approach towards common global security.

The COVID-19 pandemic, and the recession which will follow, teach lessons we must embrace to overcome the existential threats of the 21st century: nuclear war and global warming. Recent studies show that increased military expenditure puts pressure on investment in social – including health – infrastructure, while extensive military exercises and operations make major carbon emissions, driving us closer to extinction in more ways than one. All three threats result from forces of nature made dangerous by triumphs of human intelligence and all three can be solved by human intelligence and good governance. Among these, nuclear war is perhaps the least visible threat. However, it is the most likely to have an immediate and devastating impact.

During the 1980s, a powerful mobilization along with the European Nuclear Disarmament initiative, which was deeply concerned about the strategy of containing a ‘limited’ nuclear war in Europe, generated the necessary pressure on politicians. Mass protests and demonstrations against the stationing of short and intermediate range nuclear weapons (Cruise Missiles and Pershing 2) throughout Europe forced Presidents Gorbachev and Reagan to sign the Intermediate Nuclear Forces (INF) Treaty between the US and Russia in 1987 that removed all ground-based missiles – nuclear and conventional – with ranges between 500 and 5500km from European soil.

The recent collapse of that Treaty heralds the proliferation of nuclear weapons in Europe. We are facing the modernization of all nuclear weapons in Europe and the danger of new ones. And it has opened the door to Europe becoming a nuclear battleground.

The US’s wider withdrawal from important international agreements; upgrading of the world’s nuclear arsenals; the production of new ‘low yield’ and ‘more usable’ nuclear weapons; the threatened resumption of nuclear testing; the aggressive positioning of nuclear weapons and missile defence/offence systems, and the severe global economic and social problems caused by the COVID-19 pandemic, have increased international tensions and mistrust and driven us once again to a position where, in the words of the original European Nuclear Disarmament Appeal in the 80’s, “a  third world war is not merely possible, but increasingly likely”.  This time however, the threat arises from military confrontation on two fronts – Europe and in the Pacific.

The discussion on global military spending has recently been highlighted by the latest report of the International Campaign to Abolish Nuclear Weapons (ICAN). This notes that, of the $1.9 trillion (€1.7 trn) global military expenditure, $72.9 billion (€65.2 billion) was spent by nine countries on nuclear weapons in 2019. The report calculates that this amounts to $138,699 (€124,065) spent on nuclear weapons every minute. European countries (UK, France, Russia) play a very important role in military spending on nuclear weapons, while in addition the US Nuclear Posture Review (NPR) turns out to be the main cause for the new push in spending on modernization and new military spending on nuclear weapons. This money should be better spent on public services, especially health and welfare as well as education, all of which need substantial extra investment in the wake of the COVID-19 pandemic.

For years the people of Europe have expressed their desire to be nuclear-weapon-free by calling for the removal of the US nuclear weapons held under NATO auspices and, more recently, by pushing for their governments to ratify the Treaty for the Prohibition of Nuclear Weapons (TPNW).

So far, too few governments have responded, but as the costs of nuclear participation and militarism rise and economies struggle with the pandemic’s increasing social and political strain, these calls can no longer be ignored. Generations have grown accustomed to living in the shadow of nuclear war, but concern and awareness are increasing again – especially among the young.

The recent development in European countries hosting US nuclear weapons (Germany, Belgium, Netherlands and Italy) to question the policy of the US “nuclear umbrella” is a sign of hope for a nuclear weapon free Europe. Likewise, we welcome the heightening voice of medical, environmental and humanitarian organizations and faith groups worldwide to join the movement for a nuclear ban treaty. We call for a Just Transition for workers engaged in the nuclear weapons industry to ensure their livelihoods and skills are protected.

The remedy lies in our own hands. 40 years after the original European Nuclear Disarmament Appeal (END Appeal), we must act together to free the entire territory of Europe from nuclear weapons, air and submarine bases, and from all institutions engaged in research into or manufacture of nuclear weapons, again, with a Just Transition plan for the workers involved in these activities.

More European governments can, like Austria, commit to this by ratifying the TPNW and requesting the United States to withdraw all nuclear weapons from European territory and engage in meaningful negotiations on an inclusive new Strategic Arms Reduction Treaty (START) as a necessary step towards the renewal of effective negotiations on general and complete disarmament.

Every European government has ratified the Treaty on the Non-Proliferation of Nuclear Weapons and should therefore take steps towards the creation of a European nuclear-weapon-free zone.

We must work together in the light of an understanding that all lives on the planet are interwoven, rethink what we mean by safety and defence and developing the ideas of ‘common security’. We must understand each other better – not seed mistrust and blame. As Olof Palme’s Independent Commission on Disarmament and Security Issues (ICDSI) set out, a nuclear war could never be won. A nuclear weapon free Europe would be the most important step to a transition to civil and a shared security, abandoning the road of continuous militarisation. Civil security, shared security means adopting appropriate lifestyles and revising global trade and economic relations to sustainable and socially just relations, as described in the UN’s Sustainable Development Goals.

While nuclear tensions are increasing, we call on all citizens to organise against our possible extinction and to fight for a just, green and peaceful Europe, free of nuclear weapons, with security for all provided through other means. The situation is urgent. As we emerge from the pandemic, we need to build an irresistible pressure for change.  As the risks of nuclear confrontation spread from Europe, through Russia, the Middle East, China and the Korean peninsula, Europe should take a stand.

We appeal to everyone in Europe, of all faiths and persuasions, to consider urgently the ways in which we can work together for these common objectives. As before, we envisage a European-wide campaign, in which every kind of exchange takes place; in which representatives of different nations and opinions confer and co-ordinate their activities; and in which less formal exchanges – between universities, faith groups, women’s organisations, trade unions, youth organisations, environmental campaigners, professional groups and individuals – take place to promote a common object: to free all of Europe from nuclear weapons.

Europe must become a nuclear-weapon-free zone.

France

Il est temps pour l’Europe de devenir une zone exempte d’armes nucléaires

Nous entrons dans une nouvelle décade qui semble encore plus dangereuse qu’il y a 40 ans. En janvier 2020, le Bulletin des Scientifiques Atomistes a avancé l’ « horloge de l’Apocalypse » – qui mesure la probabilité d’une catastrophe mondiale d’origine humaine – à cent secondes avant minuit, plus près qu’elle ne l’a jamais été depuis 1950, en raison des menaces imminentes de guerre nucléaire et catastrophe climatique.

Aujourd’hui, 75 ans après la dévastation d’Hiroshima et de Nagasaki par des armes nucléaires larguées sur des cibles humaines, les traités de maîtrise des armements ne sont plus respectés et les gouvernements des 9 pays nucléaires ont recommencé à moderniser et développer les arsenaux nucléaires. Les nouvelles technologies de lancement et de mise à feu réduisent l’intervention humaine et raccourcissent le temps disponible pour éviter la catastrophe, les probabilités d’un accident ou d’une erreur augmentent considérablement.

Le monde est à la croisée des chemins et l’Europe doit faire un choix stratégique: rester dans la course aux armements ou faire preuve de leadership mondial en promouvant une approche pacifique de la sécurité mondiale commune.

La crise sanitaire du COVID-19 et la récession qui suit nous enseignent ce que nous devons mettre en œuvre pour surmonter les menaces existentielles du 21e siècle : les pandémies, la guerre nucléaire et le réchauffement climatique. En outre, des études récentes montrent que l’augmentation des dépenses militaires exerce une forte pression sur les investissements dans les infrastructures sociales, y compris la santé, et que les exercices et opérations militaires qui se multiplient génèrent d’importantes émissions de carbone, contribuant ainsi à la catastrophe à plus d’un titre. Ces trois menaces résultent de forces de la nature rendues dangereuses par les découvertes de l’intelligence humaine et les trois peuvent être résolues par l’intelligence humaine et la bonne gouvernance. Parmi celles-ci, la guerre nucléaire est peut-être la menace la moins visible. Cependant, c’est celle qui est le plus susceptible d’avoir un impact immédiat et dévastateur.

Au cours des années 80, une puissante mobilisation avec le réseau du Désarmement Nucléaire en Europe (END) décider à empêcher une guerre nucléaire même «limitée» en Europe a réussi à générer la pression nécessaire. Des manifestations de masse contre le stationnement d’armes nucléaires à courte et moyenne portée (Missiles de croisière SS20 et Pershing 2) dans toute l’Europe ont forcé les présidents Gorbatchev et Reagan à signer le traité sur les forces nucléaires intermédiaires (INF) entre les États-Unis et la Russie en 1987. Ces missiles nucléaire et conventionnels avec des portées comprises entre 500 et 5500 km ont été supprimés du sol européen.

La destruction récente de ce Traité annonce la prolifération des armes nucléaires en Europe. Nous sommes confrontés à la modernisation et au lancement de nouvelles armes nucléaires sur le sol européen. L’Europe est en train de redevenir un champ de bataille nucléaire.

Le retrait plus global des États-Unis d’importants accords internationaux, la modernisation des arsenaux nucléaires mondiaux, la production de nouvelles armes nucléaires « à faible puissance » et « plus utilisables », la menace de reprise des essais nucléaires, le positionnement agressif des armes nucléaires et les systèmes de défense-attaque antimissiles, et les graves problèmes économiques et sociaux mondiaux causés par la pandémie de COVID-19, ont accru les tensions et la méfiance internationales et nous ont amenés à nouveau à ce moment où, selon les termes de l’appel européen original pour le désarmement nucléaire dans les années 80, «une troisième guerre mondiale n’est pas seulement possible, mais de plus en plus probable ». Cette fois cependant, la menace provient de l’affrontement militaire sur deux fronts – l’Europe et le Pacifique.

Le débat sur les dépenses militaires mondiales a récemment été souligné par le dernier rapport de la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (ICAN). Ce rapport souligne que, en 2019, sur les 1900 milliards de dollars (1700 milliards d’euros) de dépenses militaires mondiales, 72,9 milliards de dollars (65,2 milliards d’euros) ont été consacrés aux armes nucléaires dans les neuf pays qui en possèdent. Le rapport calcule que cela représente 138 699 $ (124 065 €) dépensés à chaque minute. Les pays européens (Royaume-Uni, France, Russie) jouent un rôle très important dans les dépenses militaires consacrées aux armes nucléaires, tandis que la doctrine nucléaire des Etats-Unis (NPR) se révèle être la principale cause de cette nouvelle poussée des dépenses consacrées aux armes nucléaires et en général aux nouvelles dépenses militaires. Cet argent seraient bien plus utile dans les services publics, en particulier la santé et les soins ainsi que l’éducation, qui nécessitent tous deux des investissements supplémentaires substantiels à la suite de la pandémie de COVID-19.

Depuis des années, les Européens expriment leur désir de ne pas avoir d’armes nucléaires en demandant la suppression des armes nucléaires américaines détenues sous les auspices de l’OTAN et, plus récemment, en poussant leurs gouvernements à ratifier le Traité d’Interdiction des armes nucléaires. (TIAN)

Trop peu de gouvernements ont déjà répondu favorablement, mais à mesure que les coûts de leurs engagements nucléaires et du militarisme augmentent et que les économies luttent avec la pression sociale et politique de la pandémie, ces appels ne peuvent plus être ignorés. Des générations se sont habituées à vivre dans l’ombre de la guerre nucléaire, mais l’inquiétude et la prise de conscience augmentent à nouveau – en particulier chez les jeunes.

Le développement récent dans les pays européens qui abritant des armes nucléaires américaines (Allemagne, Belgique, Pays-Bas et Italie) de remise en question de la politique du «parapluie nucléaire» américain est un signe d’espoir pour une Europe exempte d’armes nucléaires. De même, nous saluons la voix grandissante des organisations médicales, environnementales et humanitaires et des groupes confessionnels du monde entier à se joindre au mouvement pour un Traité d’interdiction armes des nucléaire. Nous appelons à une transition juste pour les travailleurs engagés dans l’industrie des armes nucléaires afin de garantir que leurs moyens de subsistance et leurs compétences soient protégés.

La solution est entre nos mains. 40 ans après le premier appel européen au désarmement nucléaire, nous devons agir ensemble pour libérer tout le territoire de l’Europe des armes nucléaires, des bases aériennes et sous-marines, et de toutes les institutions engagées dans la recherche ou la fabrication d’armes nucléaires, encore une fois, avec un plan de transition juste pour les travailleurs impliqués dans ces activités.

Davantage de gouvernements européens peuvent, comme l’Autriche, s’engager dans ce sens en ratifiant le TIAN et en demandant aux États-Unis de retirer toutes les armes nucléaires du territoire européen et d’engager des négociations significatives sur un nouveau Traité inclusif de réduction des armes stratégiques (START) comme une étape nécessaire vers la reprise de négociations efficaces sur le désarmement général et complet.

Chaque gouvernement européen a ratifié le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP)et devrait donc prendre des mesures en vue de la création d’une zone exempte d’armes nucléaires en Europe.

Nous devons travailler ensemble en tenant compte du fait que toutes les vies sur la planète sont imbriquées, repenser ce que nous entendons par sécurité et défense et développer les concepts de «sécurité commune». Nous devons mieux nous comprendre – ne pas semer la méfiance et le blâme. Comme l’a indiqué la Commission indépendante d’Olof Palme sur les questions de désarmement et de sécurité (ICDSI), une guerre nucléaire ne pourrait jamais être gagnée. Une Europe exempte d’armes nucléaires serait l’étape la plus importante vers une transition fondée sur une sécurité civile et partagée, abandonnant la voie d’une militarisation continue. La sécurité civile, la sécurité partagée, signifie l’adoption de modes de vie appropriés et la révision des relations commerciales et économiques mondiales en relations durables et socialement justes, comme décrites dans les objectifs de développement durable des Nations Unies.

Alors que les tensions nucléaires augmentent, nous appelons tous les citoyens à s’organiser contre notre éventuelle extinction et à lutter pour une Europe juste, verte et pacifique, exempte d’armes nucléaires, la sécurité de tous étant assurée par d’autres moyens. La situation est urgente. Alors que nous sortons de la pandémie, nous devons créer une pression décisive pour le changement. Alors que les risques de confrontation nucléaire se propagent depuis l’Europe, via la Russie, le Moyen-Orient, la Chine et la péninsule coréenne, l’Europe devrait prendre position.

Nous lançons un appel à tous, en Europe, de toutes confessions et convictions, à réfléchir d’urgence aux moyens de travailler ensemble pour atteindre ces objectifs communs. Comme précédemment, nous envisageons une campagne à l’échelle européenne, dans laquelle tous les types d’échanges auront lieu; dans lequel des représentants de différentes nations et opinions se concertent et coordonnent leurs activités; et où des échanges moins formels – entre universités, groupes confessionnels, organisations féminines, syndicats, organisations de jeunesse, militants écologistes, groupes professionnels et particuliers – ont lieu pour promouvoir un objet commun: libérer toute l’Europe des armes nucléaires.

L’Europe doit devenir une zone exempte d’armes nucléaires.